Martin O’Donnell condamné pour outrage au tribunal

L’ancien compositeur de Bungie, Martin O’Donnell, qui a œuvré sur les titres Halo du studio ainsi que Destiny premier du nom, a été condamné pour outrage à la cour pour le non-respect de l’injonction de Bungie lors de leur séparation.

Flashback en avril 2014 : Martin O’Donnell est licencié sans cérémonie par Bungie, alors qu’il est en pleine production de la bande originale du premier Destiny. Cette séparation intervient après plus de 10 ans de collaboration entre le studio et le compositeur qui a participé à toutes les musiques de la licence Halo. Dans le cadre de ce licenciement, Bungie avait exigé le retour de tous les éléments relatifs à Music of the Spheres, un album concept ayant inspiré la bande originale de Destiny, ainsi que ceux liés à la BO elle-même. En 2015, il lui a été interdit de partager et jouer les morceaux de ces deux œuvres dans une injonction du tribunal.

Martin O'Donnell souriant (c'était avant qu'il doive payer 100 000$^à Bungie)
Là il était souriant, mais je vous assure qu’il ne l’est plus.

La condamnation actuelle arrive après que Martin O’Donnell a, en 2019, partagé sur sa chaîne YouTube des éléments relatifs à ces deux compositions pour Destiny. Dans le cadre de l’injonction de 2015, le compositeur avait obligation de remettre à Bungie l’intégralité des éléments des compositions, que ce soit les morceaux en eux-mêmes, les masters, ou même les compositions alternatives, enregistrements non utilisés et toutes autres variations des morceaux. Cerise sur le gâteau : le compositeur a également posté sur son Bandcamp des morceaux concernés par l’injonction et pour lesquels il pouvait recevoir une rémunération directe.

Le fait qu’il soit encore en possession de ces éléments suffit donc à Bungie pour porter plainte devant la cour du comté de King. Le juge a donc condamné Martin O’Donnell le 16 septembre pour outrage à la cour, ayant en effet enfreint délibérément un jugement officiel de la justice dans le cadre de l’injonction de 2015. La peine est sévère car en plus de devoir supprimer toute trace des éléments incriminés de ses réseaux (ce qu’il a déjà fait en supprimant sa chaîne YouTube), il doit également se soumettre à une inspection de ses équipements électroniques pour y supprimer le moindre élément de Music of the Spheres et de Destiny, ainsi que s’acquitter d’une compensation financière auprès de Bungie, qui demande 100 000$. Les représentants de O’Donnell contestent ce montant, la cour n’ayant pas fixé de prix, se contentant de mentionner « une rémunération raisonnable des dommages à Bungie, incluant les frais judiciaires ». Il doit également poster un message public décidé entre les différentes parties sur tous ses réseaux en précisant qu’il n’avait pas les droits pour partager ces morceaux.

O’Donnell est actuellement très discret et se contente de lancer des piques au PDG de Bungie avant de les supprimer, et de demander à ses followers d’acheter la BO de Golem, le jeu PlayStation VR sur lequel il a travaillé en 2019 avec son nouveau studio (Highwire Studio, développeur du controversé Six Days at Fallujah) pour couvrir les frais judiciaires.

Tritri

Ici pour parler de jeux avec tableurs, aka 4X, grande stratégie, gestion. Aussi expert ès jeux spatiaux, tire régulièrement sur l'ambulance Star Citizen. Egalement le pire cauchemar de nos chers correcteurs

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé