Les chiffres de la semaine : GTA V et Hololens

Les nouveautés sont un peu comme les fleurs, elles disparaissent très vite et parfois elles sont bleues et sentent mauvais. Aujourd’hui on va parler de choses qui durent ou qui le souhaitent, la longévité est souvent synonyme de qualité dans le domaine, les long sellers de Nintendo étant un bon exemple. Cependant on peut utiliser d’autres artifices pour durer, comme des contenus payants ou l’espoir de voir une technologie se démocratiser à long terme. Aujourd’hui on va parler de GTA V (beaucoup) et de Microsoft et son Hololens (un peu).

115 000 000

Pour le nombre d’unités vendues de GTA V depuis sa sortie. Ce petit chiffre est sorti d’une interview que Strauss Zelnick a donné à GamesIndustry.biz dans laquelle il parle de la success story de ce jeu mais aussi des autres jeux de Take-Two Interactive. Plus de 6 ans après sa sortie, le dernier épisode de la série n’en finit pas de battre des records de ventes. Générant toujours plus d’argent pour l’éditeur, qui ne semble pas pressé de sortir un nouvel épisode de sa franchise la plus rentable.

GTA Alfa Romeo
GTA : la voiture de chez Alfa Romeo

Les qualités du jeu ne sont plus à démontrer mais il peut apparaître frustrant pour certains joueurs de ne pas voir arriver un minimum de renouvellement dans une saga qui avait habitué à un rythme un peu plus soutenu des sorties : 3 épisodes sur la PS2, 2 épisodes sur la génération suivante et … une réédition HD pour la génération actuelle de consoles. Cela fait bien peu pour une série qui se veut être la référence de qualité depuis une quinzaine d’années maintenant.

23

En pourcentage pour la hausse des dépenses dans GTA V suite à la mise à jour Casino. C’est un article de Gamasutra qui nous apprend que ce DLC est le plus intéressant financièrement de ceux sortis sur le jeu par Take 2 : Meilleur taux d’engagement sur le premier jour, la première semaine… bref une jolie réussite en terme d’engagement et de rétention de l’utilisateur pour ce qui n’est pas du tout un casino avec une fausse moustache mais bien juste… un casino tout court.

GTA : la randonnée
GTA : la Grande Traversée des Alpes, une belle randonnée pour les amateurs

Mais comment contourner la réglementation sur les jeux de hasard pour éviter un blocage du jeu dans certains pays ? En s’inspirant d’un domaine où des méthodes existent depuis maintenant quelques années : le jeu mobile. Ici on ne joue pas avec du vrai argent, on achète d’abord de l’argent virtuel avec lequel on achète ensuite des jetons virtuels dans un casino virtuel pour tout perdre en moins de 5 minutes en jouant à la roulette. Mais surtout, on ne peut pas retirer des gains en argent réel, donc ce n’est pas un jeu d’argent. Ces méthodes sont bien connues pour leur efficacité à soutirer les euros et dollars des personnes qui s’intéressent au mobile : il faut éloigner, par des échanges successifs, le moment du paiement réel de celui de la disparition de la valeur qui a été plusieurs fois transformée. Cela permet de limiter la sensation de perte puisque l’argent a déjà été dépensé 3 fois au moment de sa perte finale, ces transformations successives donnant une impression de dépense plutôt bien utilisée puisqu’elle a servi plusieurs fois.

6

Pourcent des joueurs ont dépensé de l’argent dans du contenu additionnel sur GTA V le mois dernier. C’est ce que nous apprend un rapport de super data consacré au marché des dépenses dématérialisées sur PC et consoles. Cela peut paraître assez peu mais c’est un des jeux qui arrivent en tête de cette étude, juste derrière Fortnite (8%) et Call of Duty Black Ops 4 (8% également). On peut à nouveau saluer la longévité de GTA V puisque j’ai assez peu de doutes sur le fait que le Call of Duty ne sera pas à cette place dans 6 ans et qu’il est peu probable que Fortnite reste également aussi haut sur une telle échelle de temps (mais pour ce dernier je n’en mettrais pas ma main au fil à couper l’eau tiède).

GTA Toronto
GTA : la Greater Toronto Area, ici en 1944 avec ses transports

Autre point intéressant, les dépenses en ligne stagnent depuis maintenant 2 ans et ont même une légère tendance à la baisse sur les jeux PC et consoles (sur mobile ça monte toujours pour le moment). L’étude met en avant le rétrécissement du nombre de jeux générant des revenus, en l’expliquant par la volonté des joueurs de s’inscrire dans une communauté à long terme, privant ainsi nos braves éditeurs de revenus sur les jeux ne réussissant pas à fédérer un nombre suffisant de fidèles. La conclusion (oui je spoile) est qu’il va falloir trouver de nouvelles manières de générer du contenu pour retrouver de la croissance sur ce marché très concurrentiel qui semble être en panne de nouvelles idées. On pourra noter que Take-Two a su réagir avant même ce rapport en s’inspirant de ce qui se fait de mieux en terme d’engagement et d’addiction avec du contenu basé sur les casinos et un modèle proche du mobile (qui est en croissance, si vous avez suivi).

2

Comme le numéro du nouveau casque de réalité augmentée de Microsoft : Hololens. Plus de deux ans après la sortie du premier modèle, Microsoft insiste et sort une nouvelle itération de sa vision du futur en réalité augmentée. Vous pouvez le commander pour seulement 3 500 $ sur le site du constructeur et il existe plusieurs formules selon vos besoins en ressources logicielles et autres accompagnements de Microsoft. À vous les joies d’un magasin d’application assez peu fourni de choses qui cherchent à trouver des usages à cet appareil.

Tasse et casque Gear VR
Une tasse en réalité augmenthé

Plus sérieusement, la discrétion avec laquelle est réalisée cette sortie est une conséquence possible des retours du premier Hololens : à part dans le monde professionnel, l’outil n’est pas encore adapté à ce que Microsoft voudrait en faire dans les années à venir. Les prévisions extrêmement enthousiastes de développement de la réalité augmentée se sont un peu calmées et la stratégie se focalise plus sur le long terme. Ce type d’appareils, que Facebook et autres verraient bien remplacer vos smartphones, ne sont pas encore assez miniaturisés pour que chacun se promène avec dans la rue, mais le monde du travail lui donne un sens en défrichant les usages possibles et surtout la manière la plus adéquate de mettre en place des commandes ergonomiques. Entre la voix, les gestes et un mélange des deux, il faudra réussir à trouver un compromis satisfaisant avant de tenter d’inonder le marché grand public avec une V3 ou V4 voire V5 dans les années à venir.

JoK
JoK

J'aime les chiffres, tous les chiffres, et aussi les jeux vidéo mais pas tous

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.