La Pokémon Company veut prendre en main les hackeurs

La Pokémon Company a publié sur son site officiel japonais un communiqué annonçant que les joueurs de Pokémon Épée et Bouclier, ainsi que les utilisateurs de Pokémon Home utilisant des « données modifiées frauduleusement » seront sanctionnés, notamment en leur retirant leurs accès aux fonctionnalités en ligne d’Épée et Bouclier comme les raids Dynamax.

Le communiqué ne dit pas si une différence sera faite entre les joueurs qui ont introduit effectivement des pokémon hackés, et les simples utilisateurs en ayant obtenu un via un échange mystère. Car si ce n’est pas le cas, un certain nombre de faux positifs risquent d’apparaitre, et ce qui est une bonne idée pourrait se transformer en enfer pour des joueurs pourtant respectueux des règles. D’ailleurs, à part une limitation sur le online des jeux Switch, les sanctions comprennent aussi une restriction de l’utilisation de Pokémon Home et cela même si l’utilisateur est un abonné Premium (sans remboursement possible). La Pokémon Company s’engage aussi à continuer de chercher des moyens d’être plus efficace face aux hackeurs et informe qu’elle pourrait « prendre certaines mesures sans avertissements préalables ».

Pokémon Company news illustration Team Rocket dessin animé
Les hackers après le communiqué de la Pokémon Company (vision d’artiste).

Pour rappel, Pokémon est sans doute une des licences les plus populaires et lucratives de Nintendo, et bien qu’elle soit orientée vers le jeune public et les joueurs plus occasionnels, il existe aussi une frange de joueurs hardcores pour qui le compétitif et les statistiques des petites créatures est tout ce qui compte. Entre les chasseurs de pokémon dits shinys (comprendre les pokémon ayant des couleurs autres que celles de base) et les éleveurs dignes de la FNSEA qui cherchent à avoir les créatures les plus optimisées possible pour le combat et la compétition, il faut aussi compter les hackers qui n’ont de cesse d’essayer de casser les jeux de la série pour des motifs parfois drôles (comme faire un speedrun en 3min14 pour le Pi Day), pour des raisons d’étude du code source du jeu, ou bien pour optimiser encore plus la création de pokémon parfaits pour la compétition ou la capture de shinys.

N’étant pas moi-même un joueur compétitif de Pokémon, je comprends néanmoins que la pratique du hacking pour obtenir des créatures virtuellement parfaites puisse agacer les joueurs et les développeurs. J’espère seulement que les joueurs honnêtes ne seront pas pénalisés par une politique anti-hackers trop restrictive ou agressive.

Un Rieur

J'aime tous les jeux, surtout les jeux un peu nazes ou cassés. C'est pas parce que c'est nul que c'est pas bon, et puis j'aime aussi la bouffe, et le JDR

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé