L’indé matin : Shelter 3

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Scènes de la vie animale, aujourd’hui, avec Shelter 3 et son troupeau d’éléphants.

Alors qu’on attend avec impatience, depuis son annonce l’été dernier, l’arrivée de Book of Travels qu’il définit comme un TinyMORPG, le studio suédois Might and Delight revient à ses premières amours avec le troisième épisode de sa série phare, Shelter. Six ans se sont écoulés depuis Shelter 2, que deux spin-off sortis en 2016 ont tenté d’égayer pour les fans de la série. Après le blaireau et le lynx, Shelter 3 nous confiera le destin d’une famille d’éléphants.

Avec son style visuel doux et bariolé, les Shelter ont de quoi étonner, particulièrement au début des années 2010 alors que le sous-genre du jeu de survie ne s’est pas encore développé. Le point de vue de l’animal non-anthropomorphisé est également assez rare pour être notable, d’autant que l’objectif de la série est assez terre-à-terre, loin de la fantaisie de titres s’intéressant plus au potentiel de gameplay induit par les caractéristiques animales qu’à reproduire des comportements naturels. Ici, au contrôle d’une femelle tout juste maman, il faut prendre soin de sa portée. On chasse, on tente d’éloigner les prédateurs, on cherche un abri où les petits pourront grandir. Et il faut savoir la gérer la perte quand elle surgit.

L’équipe de développement sait parfaitement ce qu’elle fait en choisissant l’éléphant comme animal totem. L’attachement émotionnel, parental presque, qu’on a pu éprouver dans les précédents jeux (que Shelter 2 accentuait en permettant de nommer les bébés et de commencer un nouveau cycle avec ceux qui survivaient à la fin d’une run), devrait sans étonnement être accru au contrôle d’un des pachydermes, connus pour leur intelligence et leur sensibilité. L’identification n’en sera que plus forte. Les fonctionnalités en seront également modifiées : l’animal se déplacera lentement, loin de l’agilité de ses prédécesseurs, et évoluera au cœur d’un troupeau. La logique de la série, où on incarne des femelles depuis le début, s’en trouve respectée, les éléphants vivant dans des structures matriarcales. La progression devrait également mettre en avant le thème de l’héritage, avec la rencontre de congénères plus âgés. De quoi apprendre la vie au petit éléphanteau qui nous suivra, la trompe attachée à notre queue. Préparez les mouchoirs, ça s’annonce terrible.

Shelter 3 sera disponible le 30 mars sur Steam et sur le site du studio.

Bonus. Ces deux dernières semaines ont été particulièrement chargées en sorties indépendantes et on compte sur vous pour trouver d’autres sources les recensant dans leur intégralité (ça se trouve aisément sur Youtube). On se contentera de trois titres pour notre part : Inspector Waffles, point’n click d’enquête à poils par les Français de Goloso Games, le puzzle platformer Where’s Samantha ? au milieu des chutes de tissu et autres dés à coudre, et le jeu étudiant Heart of Enya, qui tente de mêler narration et stratégie, avec un joli minois et le tout gratuitement. Tous sont disponibles sur PC.

Seastrom
Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant Dreyer et Digimon.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.