L’indé matin : Fights in Tight Spaces

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. De la mandale par deck de six, aujourd’hui, avec l’entrée en accès anticipé de Fights in Tight Spaces.

Après le « FPS buddy movie » RICO, le studio Ground Shatter s’apprête à entrer de nouveau dans l’arène du muscle saillant, mais cette fois façon deck building et costume trois pièces, avec Fights in Thight Spaces – rajoutez « Super » et on aurait pu le raccourcir en « FISTS », c’est ballot. L’action reste au cœur du programme, mais moins à la Bad Boys que cette sympathique scène de combat de Mission Impossible : Fallout, dans des toilettes à la déco tout aussi épurée que les environnements de notre jeu du jour.

Dans les souliers vernis d’un agent de la Section 11, on devra se débarrasser de gredins dans des lieux à la surface restreinte, comme le titre nous l’indique si clairement, comme autant de puzzles dont il va falloir trouver l’enchaînement de mouvements idéal. Le deck dont on dispose, comme le veut la mode, permet de multiplier les coups spécifiques au tour par tour, veillant ainsi à étaler le plus efficacement possible nos adversaires, le plus souvent en surnombre. L’accès anticipé permettra d’affiner la palette de coups disponibles, d’ajouter des ennemis ainsi qu’un mode défi quotidien, et devrait se conclure d’ici à l’année prochaine.

Au-delà des références cinématographiques dont Ground Shatter s’est inspiré, on aurait bien du mal à croire que SUPERHOT n’ait pas été évoqué à un moment ou un autre du développement. Fights in Tight Spaces semble en effet largement partir de la proposition de Superhot Team, aussi bien visuellement, avec une direction artistique basée sur la lisibilité et le minimalisme, que dans une progression découpée en une suite d’actions bien définies, qu’un replay bienvenu devrait nous aider à apprécier dans toute sa fluidité. Le concept n’en reste pas moins intrigant, surtout qu’on nous promet des animations et des cadrages dynamiques. C’est bien le minimum venant d’un studio qui aime à se définir comme « l’ensemble de la filmographie de Jason Statham ». Pour vous faire une idée plus précise du potentiel du titre, un prologue est disponible sans frais depuis décembre dernier.

Fights in Tight Spaces sera disponible en early access le 24 février sur Steam. Il est d’ores et déjà approchable en preview sur Xbox.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale aujourd’hui quatre (wouah) autres sorties : Glam, pour son mélange puzzle/plateformes et surtout son héroïne au style implacable ; Volt Patrol, du studio toulousain Visumeca Games, et sa curieuse proposition d’infiltration en voiture ; Wigmund – The Return of The Hidden Knights, action-RPG qui entre en accès anticipé ; et Hot Brass, jeu de tactique en temps réel vu du dessus, qui rappelle un peu Monaco mais au contrôle d’une unité du SWAT. Les deux premiers sont sortis la semaine dernière, les deux derniers seront disponibles les 25 et 26 février. Tout ceci sur Steam, pour changer.

Seastrom
Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant Dreyer et Digimon.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé