L’indé matin : Clan O’Conall and the Crown of the Stag

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Ça chahute au bord des lochs, ce matin, avec Clan O’Conall and the Crown of the Stag.

Basé à Toronto, le studio HitGrab a su se faire une place dans la bulle des jeux hébergés sur Facebook au milieu des années 2000 avec sa première production, MouseHunt. Forte de ce succès, l’équipe a multiplié les projets, à première vue un peu inconséquents – à l’image d’Outworld Battleground, un battle royale vu du dessus qui a eu du mal à trouver son public. En attendant de développer l’univers de son jeu-phare en le déclinant sur mobile façon Pokémon Go, HitGrab se tourne vers un genre plus classique avec Clan O’Conall, jeu d’action-plateforme nourri des mythes celtes.

Au cœur des terres d’Hibernia, on sera aux commandes d’une fratrie engagée dans une lutte contre Caoranach, la Mère des Démons qui menace de faire éclater une guerre entre les esprits et les humains. Le choix du personnage incarné sera libre à tout moment, permettant de jongler d’une panoplie de coups à l’autre afin de soigner ses plus beaux combos. Clan O’Conall peut compter sur sa direction artistique inspirée des illustrations médiévales celtes pour se démarquer, même si, sorti des bois, le peu d’élégance de certains éléments rappelleront vite la modestie du projet. On attend d’en découvrir plus, notamment dans la diversité du level design, pour être convaincu, en espérant une bonne surprise. Parce qu’un bon platformer, ça fait toujours plaisir – et qu’on aime bien Rebelle et Le Peuple Loup.

Clan O’Conall and the Crown of the Stag sera disponible le 28 avril sur PC et Mac.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale également les sorties de Jivitam, projet solo du développeur indien Suresh, qui reprend lui aussi les codes visuels d’une culture précise (ici indienne, si tant est qu’on puisse parler d’une unique culture indienne) et propose une courte expérience narrative, et d’A Token War, qui troque les cartes du deckbuilding pour des jetons (mais on nous la fait pas) au service d’un jeu de stratégie au tour par tour. Le premier est déjà sorti sur mobile et sera disponible sur PC le 27 avril, où le suivra le second le 28 avril.

Seastrom
Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant Dreyer et Digimon.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.