Funomena est en passe de fermer ses portes

Quelques semaines après des révélations sur l’environnement toxique qui régnait dans l’entreprise et dans d’autres studios indépendants, Funomena a annoncé la fermeture de ses portes d’ici la fin de la semaine.

La nouvelle a pris tout le monde par surprise, les joueur·ses bien entendu, mais aussi les employé·es du studio, bien connu pour Wattam, qui ont appris mercredi dernier qu’iels n’auraient plus de travail après la fin du mois. Selon un communiqué, cette fermeture expéditive est due à l’échec de la recherche d’investissements avant la Game Developers Conference qui mettrait l’entreprise dans le rouge, cependant cette nouvelle coïncide étrangement avec les révélations sur les conditions de travail au sein du studio.

En effet, il y a deux semaines, on apprenait dans un très bon reportage de Chris Bratt que Funomena n’était pas le havre de paix égalitaire et tolérant qu’on aurait pu penser. La fondatrice et PDG Robin Hunicke était mis en cause par plusieurs employé·es du studio quant à ses pratiques managériales, basées sur l’humiliation (notamment des femmes et des personnes racisées) et l’utilisation d’informations personnelles dans le cadre professionnel. On peut pointer l’hypocrisie de Robin Hunick entre ses méthodes et son image positive et engagée dans l’industrie qui a retenu certain·es employé·es de parler, coincé·es entre leur souffrance au travail et la réputation de leur patronne. À noter aussi que l’autre fondateur, Martin Middleton, et Annapurna, l’éditeur du studio (que l’on apprécie en temps normal chez TPP), étaient au courant de la situation mais n’ont engagé aucune action pour l’améliorer.

Un tweet de la principale concernée qui sent bon la langue de bois (et dont je vous encourage à lire les tweets cités) est un bon prétexte pour rappeler que le management et la direction de projet sont des métiers à part entière qui demandent des compétences très spécifiques et très éloignées des postes créatifs, il serait donc de bon ton que les développeur·ses qui veulent lancer leur propre studio en aient conscience pour éviter de finir en tyran.

On souhaite tout de même du courage aux développeur·ses de Funomena qui se retrouvent maintenant le bec dans l’eau à la recherche d’un autre travail, en espérant qu’iels retrouvent une structure qui, cette fois, les respectera.

Kalkulmatriciel

Cc c Kalkul. J'adore parler à tous les PNJ, mettre des mandales et saboter les coop.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé