Frogwares, Censure et Metal Gear : Les miettes de l’actualité du 6 septembre 2020

Bienvenue dans les Miettes de l’Actualité ! Votre rubrique dominicale où Zali vous informe des news qui vous ont sans doute échappé cette semaine et vous dit où jeter votre argent la semaine prochaine. Cette fois-ci, eh bien c’est la rentrée après trois semaines de pause de ces délicieuses miscellanées faites des fonds d’épluchures des news dont le reste de la rédac n’a pas voulu ! Et on attaque cette saison 2020-2021 avec le conflit opposant Frogwares à son éditeur, la censure dans des portages de jeux SNK, et le retard dans la sortie du jeu de plateau Metal Gear Solid.

Le conflit entre Frogwares et Nacon a rendu The Sinking City quasiment indisponible à la vente

The Sinking City procès

Un conflit très lourd oppose le développeur ukrainien Frogwares et son éditeur Nacon (récemment fusionné avec Big Ben Interactive). Le premier accusant le second de lui devoir plus d’un million d’euros d’impayés, et de tentative de vol sur la franchise The Sinking City. Nacon s’est défendu via un communiqué (de manière pas franchement convaincante si vous voulez mon avis) en accusant Frogwares de ne pas savoir lire un contrat.

Après plusieurs mois de conflit ouvert, Frogwares a intenté un procès à Nacon, ces derniers ayant répliqué en affirmant vouloir faire de même, ce qui a conduit le développeur du jeu à quasiment retirer de la vente le titre d’horreur lovecraftienne The Sinking City. Étant la seule boutique tierce numérique où Frogwares auto-édite le jeu, le titre n’est à ce jour plus disponible que sur Nintendo Switch. Vous pouvez également acheter le jeu sur PC, mais en passant par le site des développeurs.

Un portage Neo-Geo supprime toute référence à l’existence de Taïwan et Taipei, bon rappel de ce qu’est vraiment la censure

Vous savez, quand un vieil éditorialiste réactionnaire blanc vient pleurer quatre fois par semaine sur LCI, CNEWS, dans une tribune du Monde, dans un éditorial de Valeurs Actuelles, puis dans un bouquin publié au Seuil qu’on ne peut plus rien dire et que personne ne le laisse parler, on ne peut pas vraiment dire que la société fasse d’énormes efforts pour l’empêcher de dire des bêtises.

En revanche, quand une société japonaise chargée de la ressortie de vieux jeux SNK sur des plates-formes contemporaines décide de gommer toute référence à Taïwan dans un jeu de baseball ou encore des références au drapeau impérial japonais pour ne pas se heurter aux ciseaux du gouvernement chinois, c’est à la fois un acte de censure, et la parfaite illustration que le capitalisme bas du front s’en accommode très bien.

Le jeu de plateau Metal Gear Solid une nouvelle fois repoussé, et son prix revu à la hausse

MGS jeu de société

Annoncé pour 2018, le jeu de plateau Metal Gear Solid est devenu une arlésienne pour les fans du genre, la plupart des annonces de son éditeur depuis plusieurs années n’ayant été que des annonces de report. La dernière en date est assez salée, puisqu’elle repousse le jeu à 2021 (mais ce ne sont pas les raisons qui manquent de repousser quelque chose en 2020), et verra le prix du jeu passer de 106 à 120 dollars.

Dans un long communiqué, IDW Games revient sur les conditions qui ont mené à cette hausse de prix et à ce nouveau délai, tout en précisant que, bien entendu, le tarif initial serait appliqué à ceux qui ont d’ores et déjà précommandé le jeu. Le jeu de plateau Metal Gear Solid entend proposer une expérience novatrice axée sur l’infiltration et la coopération entre les joueurs. Espérons que cette date de 2021 soit la bonne pour qu’on puisse mettre la main dessus !

Les autres trucs

Les jeux à paraître du 7 au 13 septembre : vous êtes un éditeur de jeu ? Vous sortez votre gros titre de l’année en septembre ? Vous allez faire un communiqué en octobre sur les faibles ventes parce que ouin ouin la saturation du marché ? Eh bien sachez qu’à l’image d’un covidiot intubé après s’être rendu à une covid-party, vous ne pouvez sans doute vous en prendre qu’à vous même. Trop de jeux sortent en septembre. Vraiment trop (le pire étant la période du 20 au 30 septembre, je la hais chaque année). Vous me fatiguez.

Minoria game
Minoria

Mais restons positifs, une fois les fournitures scolaires et du mobilier confortable pour anticiper le reconfinement achetés, il vous restera peut-être quelques pièces de monnaie pour mettre la main sur :

  • OkunoKA Madness, un platformer hardcore bien joli (review bientôt par ce maso de Shift)
  • Necromunda : Underhive Wars, un tactical bien… moins joli (review bientôt par ce maso de Un Rieur)
  • Star Renegades, un RPG qui a été repoussé moult fois mais qui arrive enfin (review bientôt par Yveri, pas maso parce que le jeu a l’air sympa)
  • Cloud Gardens, un jeu où on fait pousser des plantes dans des dioramas (le rêve)
  • Tin & Kuna, un jeu fluo avec des mascottes laides
  • Minoria, le nouveau jeu des créateurs de Momodora, gothique à souhait
  • As Far as the Eye, rogue-like city builder fort joli (review bientôt par ce maso de moi-même)
  • Hotshot Racing, un jeu de tût-tût les rageux
  • Ostranauts, simulateur de survie spatial qui entame son Early
  • Tamarin, un autre platformer 3D avec une mascotte douteuse (mais il a l’air sympa)
  • Inertial Drift, encore un autre jeu de tût-tût, mais dans des années 90 dystopiques
zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé