Epic Games rachète Psyonix, développeur de Rocket League

Epic Games continue sa politique agressive ciblée sur Steam, et son nouveau coup envers la plateforme de Valve n’est autre que l’acquisition de Psyonix, studio indé à l’origine du jeu de foot avec des voitures, Rocket League.

Epic Games Psyonix

Il entre, Epic les jeux du voisin

Dans un communiqué paru hier soir, le studio a en effet annoncé son rachat par Epic Games, tout en se voulant rassurant quant à l’avenir de son jeu : Rocket League gardera le même gameplay et continuera d’enrichir son contenu de la même manière qu’avant, puisque développé par la même équipe. Les seuls changements annoncés étant l’arrivée du jeu sur l’Epic Store et le soutien d’Epic, notamment du côté de l’esport.

Rocket League Steam reviewsMoins rassurant, c’était l’article de The Verge qui suivait, expliquant qu’une fois l’acquisition du studio actée, Rocket League serait vite retiré du magasin Steam. Malheur ! L’ambiguïté du communiqué de Psyonix, qui à la base ne parlait en aucun cas de l’avenir de son titre phare (de voitu… non rien) sur Steam – peut-être pour empêcher l’inévitable review bombing d’ailleurs – a évidemment fâché tout rouge les utilisateurs de la plateforme, provoquant, hé bien, un bon review bombing des familles, forcément. 1419 commentaires négatifs depuis hier soir tout de même !

Quelques heures plus tard, tout le monde a donc rétro-pédalé, Psyonix les premiers, en précisant dans une mise à jour du communiqué que Rocket League resterait sur Steam, que toute personne possédant le jeu pourrait continuer à y jouer et que les mises à jour à venir sur l’Epic Store seraient également présentes chez le concurrent.

Damage control to Major Tim

Du côté d’Epic, l’heure est également au damage control, puisqu’un porte-parole a affirmé que le jeu resterait bien en vente sur le magasin Steam, même une fois disponible sur l’Epic Store, contredisant ainsi les informations d’abord relayées par The Verge. On se rattrape comme on peut j’imagine, car cette vague de rectificatifs laisse quand même présumer qu’il ne s’agissait pas du plan d’origine. Epic commence peut-être à s’inquiéter de son image finalement, ce qui ne serait pas du luxe, après les récentes révélations de longues périodes de crunch pour les équipes de Fortnite. Quoi qu’il advienne, l’acquisition du studio (pour un montant non révélé), prendra effet d’ici le début du mois de juin.

Que Rocket League demeure ou non sur le magasin Steam, cet épisode est cependant une étape supplémentaire dans le plan de bataille d’Epic et de sa volonté de s’imposer comme concurrent sérieux de Valve, en leur prenant cette fois-ci un titre majeur, tant sur les revenus générés que les pics quotidiens de fréquentation. Rappelons que la semaine dernière, Epic ciblait déjà Steam en les taclant sur leur façon de rémunérer les studios.

Shift
Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.