Firaxis annonce Civilization VI : Gathering Storm

Il y a une règle non écrite, mais toujours vérifiable, qui veut que tout opus de Civilization devient indispensable après sa seconde extension. Après un interminable stream de 24h Firaxis a donc annoncé Gathering Storm qui, au vu des annonces, pourrait bien confirmer cette règle. Petit point sur les nouveautés.

Réchauffement diplomatique

De tout ce qui a été annoncé pour Gathering Storm je retiens principalement le retour de la victoire diplomatique. En surface, le concept reste similaire à ce que faisait Civilization V : au XXe siècle, le Congrès Mondial commence à voter pour élire un dirigeant mondial. Mais si dans le précédent opus il fallait arroser un maximum de cité-états pour avoir le plus de voix possible, Civilization VI introduit un nouveau concept de « crédit diplomatique », une nouvelle ressource vous permettant d’acheter des faveurs auprès des autres civilisations. On ne sait pas encore comment cette ressource se remplira, mais nul doute que de nouveaux bâtiments et districts (et autres merveilles et doctrines) s’en chargeront.

Le crédit diplomatique ne servira bien sûr pas qu’à se faire élire dicta…PRESIDENT du monde. Les Crises, introduites dans la précédente extension, seront donc désormais sous la juridiction du Congrès Mondial. Ainsi, si l’IA vous chipe une cité-état ou vous attaque sans raison, vous pourrez utiliser votre crédit diplomatique pour que la communauté internationale agisse contre l’agresseur. Gathering Storm verra également le retour des décisions du Congrès comme les Jeux Olympiques, ou les embargos.

Civilization VI Gathering Storm

Réchauffement climatique

Mais le coeur de l’extension n’est pas le Congrès Mondial mais bien le retour d’une mécanique de réchauffement climatique, que la licence avait déjà introduit dès le premier opus, avant d’être retirée du V. Comme dans la vraie vie, vos actions auront des conséquences sur le climat mondial. De nombreux facteurs influeront sur l’état de l’environnement : en premier lieu, bien sûr, les énergies fossiles, qui, nouveauté, seront finies. Le pétrole, le charbon et compagnie ne dureront pas éternellement et il faudra envisager une transition énergétique à un moment de la partie. D’où la présence d’une nouvelle ère dans l’arbre technologique, le Futur, qui proposera de nombreuses technologies, pas encore réelles, pour contrer le réchauffement climatique.

Et nous arrivons donc à la cerise sur le gâteau de cette extension : les catastrophes. Pour la première fois de la licence, la carte et la nature seront dynamiques. Si dans Civilization I à IV le réchauffement climatique se contentait de faire monter le niveau des océans, ici, il provoquera de plus grosses tempêtes, des inondations plus fréquentes et pourra réellement causer des soucis au niveau global, comme local. Il y aura aussi d’autres types de catastrophes non liées au réchauffement climatique comme des volcans et des tremblements de terre (qui d’ailleurs seront connectés au système de continent du jeu, plus fréquents à l’endroit où les « plaques » se rencontrent). Les catastrophes ne seront pas que négatives puisque les plaines d’inondation donneront un bonus de nourriture par exemple.

Civilization VI Gathering Storm

Et finalement, toute cette mécanique de changement climatique et de catastrophes s’intégrera dans le Congrès Mondial puisque vos décisions concernant le climat vous octroieront du crédit diplomatique (via par exemple la signature d’accords de protection du climat) ou pourront vous coûter vos relations si vous vous la jouez Trump et refusez d’agir. Et bien sûr une extension de Civilization ne serait rien sans de nouvelles civilisations (8), de nouveaux leaders (9), de nouvelles merveilles (7) et autre bâtiments.

Gathering Storm sortira le 14 février pour la modique somme de 39.99€, pour une Saint-Valentin placée sous le signe de la conquête mondiale avec votre moitié (enfin jusqu’à qu’il/elle décide de faire gagner l’IA juste pour que vous ne gagnez pas).

Tritri
Tritri

Ici pour parler de jeux avec tableurs, aka 4X, grande stratégie, gestion. Aussi expert ès jeux spatiaux, tire régulièrement sur l'ambulance Star Citizen. Egalement le pire cauchemar de nos chers correcteurs

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.