Carnet de bord – Crusader Kings II

Avec ce Carnet de Bord sur Crusader Kings 2, Veltar vous narre chaque semaine la tentative d’une petite famille noble pour rejoindre les grandes dynasties du Moyen Age. Le principe est simple : chaque nouveau dirigeant contera son règne, avec sa propre personnalité, sa vision du pouvoir, de sa famille, de ses objectifs et de ses craintes. Le tout dans une époque qui mêle complots, conquêtes et héritages.  Une nouvelle entrée dans le carnet ne signifie pas forcément une nouvelle personne au pouvoir, la durée des règnes variant très facilement. Bonne lecture et deus vult !

Extensions activées :

  • L’épée de l’Islam
  • L’héritage de Rome
  • La République
  • Les Anciens Dieux
  • Les Fils d’Abraham
  • Rajas d’Inde

 

Sommaire :

Introduction

Chroniques de Metz, épisode 1 : Adahlard et son héritage

Chroniques de Metz, épisode 2 : Adahlard, fils d’Adahlard

Chroniques de Metz, épisode 3 : Succession et rêves de grandeur

 

crusader kings 2 carnet de bord

Introduction :

Europe. An de Grâce 867. L’Europe de l’Ouest, de Bordeaux à Vienne, est carolingienne. Les descendants de Charlemagne se partagent les miettes de l’empire de leur illustre ancêtre, comme le veut la loi Salique. Et évidemment, les revendications de chacun ne manqueront pas de mener à de terribles guerres. Tous aspirent plus ou moins à reformer un nouvel Empire Romain, capable de défendre les valeurs de l’Eglise et devenir ainsi le bras armé de la Papauté.

Au Nord de l’Europe, les Vikings commencent à s’étendre et multiplient les incursions toujours plus en avant sur le continent. Ces navigateurs incontestés pourraient se révéler de terribles adversaires, et encore plus s’ils venaient à s’allier…
La Grande Bretagne et l’Irlande, que ces peuples nordiques pillent de temps en temps, sont composées quant à elles de petits royaumes bien loin de l’unité.

Au Sud-Ouest, la quasi-totalité de la péninsule ibérique (les actuels Espagne et Portugal) est occupée par les musulmans. Le Royaume des Asturies, au Nord-Est des terres, demeure le dernier bastion de la chrétienté sur ces territoires.

Enfin, l’est du continent européen est partagé entre multiples royaumes slaves, et grands royaumes. Celui de Moravie, de Bulgarie, et évidemment l’iconique Empire Byzantin, rempart de l’Occident face aux envies de conquêtes des émirats sunnites.

C’est dans ce contexte que moi Adahlard, comte de Metz, termine mon règne. A mon âge, je n’ai d’autres prétentions que de voir ma dynastie perdurer et prospérer. Vassal du Roi Lothaire II, Seigneur du Royaume de Lotharingie. je demeure toutefois assez libre de mes actions. J’espère que cela demeurera d’ailleurs possible pour les futures générations de ma dynastie, les Châtenois.

Crusader kings 2 Metz début

Chroniques de Metz, épisode 1 : Adahlard et son héritage

Je ne suis peut-être pas un génie diplomatique mais si mon âge avancé m’a appris quelque chose, c’est qu’un mariage pragmatique est plus efficace que n’importe quel traité. Et en ces dernières années à la tête de mon Comté, je tiens entre mes mains trois opportunités. Le mariage de mon fils, Adahlard déjà. Bien éduqué et d’un caractère tempéré, il est mon unique héritier mâle, et portera donc tout le poids de notre nom. La relative faiblesse de nos possessions ne nous offre normalement pas de prétendantes prestigieuses. Pourtant, il se trouve que Louis II, Roi d’Italie, a deux filles assez jeunes, et non mariées, les princesses Gisèle, 14 ans, et Irmengarde, 8 ans. La plus âgée pourrait m’assurer rapidement des petits-enfants, et surtout, le Royaume d’Italie. Mais la probabilité que Louis II et sa femme n’aient jamais de fils est trop faible pour que je prenne le risque de marier mon fils à une jeune fille au tempérament paranoïaque et partial. Je choisis donc Irmengarde, en souhaitant que l’équilibre du Comté tienne jusqu’à ce qu’elle soit en âge de procréer.

Passons maintenant à ma fille, Engeltrudis. Sans prétention à quelconque titre, sauf s’il arrivait malheur à son frère, il sera facile pour moi de la placer auprès d’un duc ou mieux, et gagner là un pacte de non-agression intéressant. Et c’est toujours ça de prestige en plus pour les Châtenois. Le hasard fait bien les choses puisque le Roi Louis d’Aquitaine, cherche une épouse.

Alors oui, il est surnommé le Bègue, et en plus, serait plutôt cruel. Mais que voulez-vous, le prestige royal efface vite ce genre d’obstacles.

Reste donc le dernier mariage, le mien. Mon épouse est passée de vie à trépas il y a quelques temps, et il ne faut pas négliger l’impact que ce second mariage peut avoir sur l’influence de ma famille en Lotharingie. Je privilégie le titre aux caractéristiques ou à l’âge, je n’ai pas besoin d’une mère, seulement d’une épouse. Hélas, mon grand âge fait de moi un mauvais parti, et je me rabats sur une simple courtisane du Comté de Nuremberg, une certaine Liustwind.

Les mariages et les festivités terminées, place à la gestion du royaume. Pendant que mon Roi, Lothaire II, se lance dans une guerre pour obtenir la Frise Orientale, j’économise pour améliorer les fortifications de mon château. Mon territoire n’étant qu’un petit Comté, il y a pas mal de chances que je me fasse attaquer à cause des guerres menées par Lothaire II, ou que je subisse les assauts de Ducs qui souhaiteraient me voir leur jurer fidélité.

Les mois passent et je finis par succomber aux charmes de ma nouvelle femme. Celle-ci se retrouve enceinte. Dans 9 mois, je saurai si c’est une fille, ou si c’est un héritier problématique. En attendant, je fais améliorer les murailles de mon château, et garde un œil sur la santé et l’état de mon fils.

Le 10 mai 869, ma nouvelle femme me donne un fils. Je le nomme Liuthard, comme mon père. Espérons que mon 1er fils, Adahlard n’aura pas à lutter pour conserver son titre.

870, la campagne de Lothaire II en Frise Orientale s’éternise, alors même qu’il a fait appel à un Duc gallois. Je cède plusieurs fois aux avances de mon épouse et, le 10 avril 871, celle-ci donne naissance à un autre fils, Ernst. Je suis bien content de ne posséder qu’un maigre Comté et qu’ils ne puissent pour le moment tous en revendiquer la légitimité.

crusader kings 2 guerre frise

Le 5 septembre 871, Lothaire II termine sa guerre et incorpore la Frise Orientale au Royaume de Lotharingie. Fort de cette victoire, il fait approuver une autorité royale limitée, ce qui lui permettra de réclamer à ses vassaux plus de troupes. Etant directement concerné, je décline, tout en sachant que ma voix ne pèsera pas. Mes principes passent avant tout. Lothaire est contrarié et m’offre le poste de Maitre-espion du Royaume. Un titre hautement prestigieux, que j’accepte, même si je trouve la coïncidence avec mon récent refus un peu trop évidente. Pour autant, je vieillis, au point d’être frappé d’infirmité. Mais je ne suis pas devenu inutile, toujours vivant, toujours debout.

Ma fille est désormais Reine d’un immense Royaume. Son mari, Roi d’Aquitaine, a obtenu de son frère la Francie Occidentale en héritage, le mettant aux commandes d’un des plus gros territoires d’Europe.

Décembre 873, après presque deux ans plutôt calmes, Lothaire II, qui aurait pu prétendre au surnom de « belliqueux » s’il ne possédait pas déjà celui de « le gros », déclenche une nouvelle guerre. Cette fois, le Roi gourmand veut obtenir le Comté de Palatinat, qui appartient à son oncle, Ludwig II dit le Germanique, en rapport avec son Royaume, la Francie Occidentale, peuplé majoritairement de Germains.

Comme je le pressentais, les querelles entre Carolingiens risquent de marquer le continent pour un bon bout de temps…

875, difficile pour moi de savoir ce qui se passe au-delà des Royaumes voisins. La guerre de Lothaire II semble pour le moment à son avantage. La princesse d’Italie, promise à mon fils depuis presque 8 ans, est enfin en âge de se marier. On m’apprend alors que durant toutes ces années, Louis II d’Italie n’a toujours pas eu d’héritier mâle. La Reine a désormais 40 ans, les chances sont faibles que cela s’inverse. Je me rends compte que j’ai fait rater à ma dynastie une place de choix dans l’Histoire. Irmengarde, ma belle-fille, reste héritière du Duché de Modène, ce qui pourrait faire de mon fils un Duc, et de leur possible fils, le détenteur légitime de ce Duché, mais quand même…

Je me sens faiblir, plein de regrets… J’ai beaucoup de mal à bouger et, début mars, je sens la fin approcher. Au moins, je n’abandonnerai pas mon Comté sans un futur plus glorieux…

Adahlard, 65 ans, décède le 3 février 875 des suites de son infirmité. Son fils, lui aussi nommé Adahlard, lui succède à l’âge de 33 ans.

crusader kings 2 succession Metz

Chroniques de Metz, épisode 2 : Adahlard, fils d’Adahlard

Les obsèques ont été faites dans le plus grand respect de la tradition chrétienne. Je tenais à ce que le Seigneur accueille mon père comme il se doit. Un homme sage, qui a toujours agit pour le bien de sa famille. Et je compte bien continuer son œuvre. Suivre les préceptes de Dieu, et agir au mieux pour le domaine et les Châtenois, voilà mes prérogatives. Nous décidons avec mon épouse de concevoir un enfant, les signes d’un renouveau sont là et je veux rendre honneur à mon père.

Mais je sais aussi que mes demi-frères comploteront vite contre moi dès qu’ils seront en âge de comprendre la situation. Mon père a fait une erreur en se mariant pour la seconde fois mais je ne peux lui en vouloir. On me propose de me cacher mais je m’y refuse, il me faut assumer mon rôle pleinement.

Pélerinage CK2

Ma première mesure sera d’effectuer un pèlerinage. Je pars à Saint Jacques de Compostelle, dans le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique. Un voyage en hommage à Dieu, avant de me consacrer à des tâches qui m’amèneront peut-être, parfois, à m’écarter du comportement d’un bon chrétien…

Le pèlerinage fut pour moi une révélation. Dieu va m’épauler durant toutes mes années au pouvoir, j’en suis certain. Et c’est pour cela qu’il ne faudra pas que je laisse les usurpateurs tenter de me voler ma destinée.

Je m’attarde donc à planifier trois choses : ma propre survie, celle de ma lignée, et l’expansion de mes terres.

Même si j’étais quasi sûr de le savoir déjà, ma femme me révèle qu’elle était enceinte depuis quelques semaines avant mon départ. Et le 3 décembre 875 né mon fils. Je le prénomme Pierre, en hommage au premier apôtre. Un héritier mâle, peu de temps après mon retour d’un lieu Saint, cela ne peut être qu’un message du Seigneur.

Les rumeurs d’une attaque surprise du dirigeant de Bretagne, Haesteinn de Breizh, se font de plus en plus grandes. Ivre de conquêtes, il marcherait avec une grande armée pour s’emparer du Royaume de Lotharingie, sans posséder pourtant la moindre revendication légitime sur le territoire. Lothaire II en prend à peine note, obnubilé par sa guerre à l’Est débutée avant ma prise de pouvoir.

Le 19 octobre 876, la guerre entre Lothaire II et Ludwig II se termine par la victoire du premier. C’est le fils de Ludwig II, Karlmann, qui accepte la paix et cède le comté de Palatinat.

Un bel apport à un Royaume qui ne semble que croître. Mais la Lotharingie n’est toujours pas en paix puisque le Duc de Flandres tente désespérément s’approprier le comté d’Hainaut, au nord.

Mais surtout, il y a le Roi Haesteinn de Breizh. Ce dernier a débarqué au nord profitant du chaos total, avec une armée de plus de 4 000 hommes. A quelques centaines de kilomètres, on m’informe qu’un détachement d’environ 1 000 soldats ont réussi à prendre le comté de Bar. Lothaire II est pris de court, il espérait régler en quelques semaines le cas du Duc de Flandres pour mettre sur pieds une armée solide, mais les Celtes sont arrivés bien trop vite.

Conquete Bretonne CK2

Je crains pour la stabilité du Royaume, et que nous autres, les petits Comtes, soyons les premières victimes de ces hérétiques qui se prétendent catholiques. Au lieu de s’enfoncer dans les terres, et donc vers Verdun, capitale du Royaume, puis Metz, le milliers de guerriers celtes fonce vers le nord. Ils rejoignent le gros des troupes, et en profiter pour anéantir l’armée de Lothaire II. L’espoir de repousser ces envahisseurs s’amenuise.

Le Roi de Lotharingie tente le tout pour le tout, avec une reconquête du comté de Bar. Mais le Roi de Bretagne a eu vent du stratagème et c’est plus de 4 500 hommes qui arrivent en même temps que les 1 200 du Roi de Lotharingie. La bataille est un massacre, presque toute l’armée lotharingienne est décimée.

Nous sommes le 25 décembre 877 et la guerre est terminée : Lothaire II s’incline et cède la Lotharingie de jure. Il se consolera en conservant le titre de Roi de Lotharingie, grâce au fait qu’il est aussi Roi du Royaume de Bourgogne.

Haesteinn en profite d’ailleurs un mois plus tard pour créer le titre officiel de Royaume de Breizh puis de Bretagne. Ces premières années de gestion de mon côté risquent d’être étranges. Le Roi Lothaire II, malgré ses défauts, restaient à l’écoute de ses sujets. Haesteinn, qui se fait dorénavant appelé « Côtes-de-Fer » suite à la bataille, n’a que pour seuls intérêts la conquête et le prestige de la guerre.

Victoire Bretagne 877 CK2

Mais il est un stratège hors-pair, et abandonne vite son titre pour usurper à Louis « Le Gros », le titre de Roi de Lotharingie. Convertissant de fait son Royaume aux lois en place dans les autres grands territoires de l’Occident.  Fidèle à lui-même il ne faut pas longtemps pour que « Côtes-de-Fer » reparte en guerre. J’ai ainsi appris que quelques semaines après l’usurpation de ses titres, il avait déclaré la guerre à un Comté lointain de Grande-Bretagne, le Sussex. Plusieurs mois s’écoulent et il obtient ce qu’il voulait le 22 juillet 879.

Un calme relatif s’installe et j’en profite pour essayer de m’accaparer davantage de terres, puisque c’est la volonté de Dieu. Je tente donc de me renseigner sur le Comté voisin de Nordgau. Ils n’ont rien de franchement inamical mais j’ai le souvenir d’un différend territorial il y a 2 ou 3 générations. Voilà qui pourrait servir de base à des revendications plus solides dans le futur.

Tout aurait pu se stabiliser, mais deux événements vont empêcher ça : la mort de Louis « Le Bègue » et celle de la perte d’héritage de ma femme. Des changements qui auront de lourdes conséquences.

Mort Louis Le Bègue CK2

Chroniques de Metz, épisode 3 : Succession et rêves de grandeur

Avec la mort de Louis « Le Bègue » c’est donc un autre carolingien qui se voit stoppé avant d’avoir atteint le rêve d’un Empire chrétien d’Occident. Ses deux héritiers doivent se partager son immense royaume : de retour donc avec un Royaume d’Aquitaine et un Royaume de Francie Occidentale, mais affaibli.

L’autre nouvelle, plus personnelle, que ma femme a perdu depuis quelques temps déjà son droit sur le duché de Modène au profit de sa sœur cadette. Un affront. Me suppliant d’intervenir, je cède pour trouver une solution, et je réfléchis à tous les plans possibles, même les plus extrêmes. C’est à la fois une question d’honneur, et une nécessité territoriale. Je finis par élaborer un terrible complot qui, s’il aboutit, mènera à la mort de la jeune fille.

Dieu me pardonnera mes péchés puisque c’est pour le bien de ma lignée, et que j’agis pour lui. J’attends quand même un peu avant de lancer cette machination, et garde mon attention sur l’Italie.

L’escalade de la violence sur le continent depuis l’expansion bretonne mène à un conflit ouvert le 10 mai 880. Le théâtre des hostilités est cette fois le très convoité Duché de Flandres, et plus particulièrement le Comté de Gand, possession du Roi de Francie Occidentale. Le Roi Haesteinn de Bretagne veut le lui prendre, afin de s’étendre au nord, notamment pour contrer une possible reconquête bourguignonne. Les mois passent et le Roi Louis III, fils de Louis le Bègue, semble prendre l’avantage sur mon propre Roi.

carnet de bord ck2 gand

Je n’ai rien à perdre ou à gagner de cette guerre et le résultat m’importe assez peu. Ma sœur n’est plus Reine après tout. Continuant dans le même temps à prendre des renseignements sur ce qui se passe au Royaume d’Italie, on me rapporte avec surprise que le deuxième dans l’ordre de succession n’est autre que Pierre, mon propre fils !  J’avais vu petit en espérant obtenir le Comté de Modène mais je peux accomplir le rêve de mon père, et surtout, mettre mon fils sur le trône du Royaume qui juxtapose la Cité du Pape. La fenêtre des possibilités est cependant mince : il me faut pour cela faire disparaître au plus vite Gisèle, héritière du Royaume d’Italie, sœur aînée de ma femme, avant que celle-ci n’ait un fils. Ca ne sera pas simple : elle est sous bonne garde et c’est normal, elle est la femme du Roi de Francie Occidentale, l’ennemi du Roi Haesteinn.

Pas question d’attendre cette fois. Heureusement pour moi, de nombreux nobles semblent enclins à la voir disparaître. L’enfant qui naitrait de l’union entre Gisèle et Louis III serait à la fois Roi de Francie Occidentale, d’Italie, et pourrait même obtenir le Royaume d’Aquitaine, tout en possédant des revendications fortes sur le Royaume de Lotharingie. Un empire gigantesque, que les carolingiens cherchent tous à restaurer, mais personne ne veut voir un autre le faire à sa place.

carnet de bord ck2 héritage

Graissant quelques pattes, de plus en plus acceptent, mais le complot reste hélas encore trop faible pour une personne d’un tel rang. Il me faut faire vite, plus nombreuses sont les personnes impliquées, plus j’ai de chances que le complot soit découvert. Quelques langues bien pendues me rapportent que le Roi Louis III serait lui-même enclin à ce que le meurtre se fasse. Mais pourquoi ?

Chaque jour je suis rongé par ce complot qui ne se fait pas, j’attends les messagers fébrilement, je délaisse de nombreuses affaires du Comté, et je ne prie que trop peu…

Ma femme me change un peu les idées en m’annonçant sa grossesse… Mais je retourne vite élaborer de nombreux plans de secours si jamais je suis découvert. Que m’a-t-il pris de m’engager dans une telle absurdité ? Je m’en remets à Dieu.

Et comme par miracle, quelques jours après le début de la nouvelle année, on m’annonce le projet par un intermédiaire de Louis III : la rambarde du balcon sera légèrement sciée, ce qui devrait provoquer la chute mortelle de la Reine lorsqu’elle s’appuiera dessus. Reste à savoir combien de temps avant que cela arrive, et surtout, est-ce que cela arrivera ? L’avenir de ma famille se jouera finalement à une simple rambarde.

carnet de bord ck2 complot

Veltar

Joueur de jeux vidéo qui aime la politique. Du coup j'écris surtout des trucs qui parlent des deux. Côté jeux : Stratégie, Metal Gear Solid et indés en pixel art. Consommateur régulier de séries TV et de films.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.