Calendrier de l’Après – CrossCode, le meilleur JRPG allemand

En janvier, The Pixel Post fait son Calendrier de l’Après ! Chaque jour, retrouvez un jeu sorti en 2020 que nous avons adoré mais qui n’a pas tout à fait eu l’écho que nous espérions. Aujourd’hui, Zali vous parle de CrossCode, un action RPG mâtiné de puzzle game assez atypique, ressorti sur toutes les plateformes en 2020 après une longue exclusivité PC.

Ceux qui me suivent un peu le savent : si j’ai beaucoup aimé l’année 2020 en termes de jeux vidéo AAA, la scène indé n’a été pour moi qu’une longue et douloureuse succession de déceptions et de haussements d’épaules. La faute à une production largement perturbée par la pandémie mondiale, qui a poussé de nombreux jeux prometteurs à sortir dans des états pas très glorieux, ou à être repoussés à des dates ultérieures. Par chance, la ressortie au fil de l’année de CrossCode sur à peu près toutes les machines du marché ainsi que sur le Gamepass de Microsoft me donne une bonne occasion de vous parler de ce jeu assez cher à mon cœur.

CrossCode est un titre qui a été développé sur une très, très longue période de temps : une annonce en 2012, un financement participatif en 2015, une early access de plus de trois ans, une sortie PC en 2018 et des portages consoles qui ont pris aux Allemands de Radical Fish Games deux années de développement supplémentaires. CrossCode est ainsi un des rares jeux à ma connaissance à avoir été annoncé à la fois sur Wii U et sur Xbox Series X. Il faut dire que CrossCode, c’était un projet dont l’ambition le condamnait presque par essence au statut d’arlésienne. Mais vaille que vaille, le voici enfin disponible à peu près partout, dans une version définitive admirable.

crosscode personnages

CrossCode, c’est le mélange improbable de Zelda, Secret of Mana, Sword Art Online et d’un puzzle game impliquant des flippers, le tout dans un des plus jolis mondes en pixel art de la décennie. Attendez, je suis en train de relire ma phrase et de ne pas la comprendre, un peu comme tous ceux qui ont lu un résumé de CrossCode sans y avoir joué, alors laissez-moi être un peu plus clair. Dans CrossCode, vous incarnez Lea, une jeune fille vivant dans une société futuriste où il est désormais possible de se plonger dans une sorte de MMORPG extrêmement réaliste, dans lequel on contrôle à distance des personnages mécaniques existant réellement sur une île artificielle quelque part dans l’océan. Arrivée sur l’île aux commandes de son avatar, Lea va découvrir le jeu et essayer d’élucider des événements étranges ayant trait aux coulisses du développement de ce MMO, le tout en se découvrant des amis tout au long du chemin, parce que vous savez ce qui importe ce n’est pas la destination, etc. Voilà pour la partie aventure, remarquablement écrite et riche en personnages diablement attachants. Si le scénario a des longueurs et certains côtés prévisibles, il s’agit sur le fond d’une des meilleures histoires « façon JRPG » de la décennie.

Sur la forme, CrossCode se distingue par son système de combat et ses énigmes, étroitement imbriqués. Si plusieurs classes de personnages sont présentes dans le jeu, Lea ne peut pas changer celle de son personnage, qui consiste pour l’essentiel à projeter des boulettes d’énergie sur ses adversaires ou à les découper avec des frisbees lasers. Un système qui produit d’une part des combats mélangeant corps à corps à la Zelda et shoot them up de manière assez fluide et organique une fois qu’on l’a bien en main et d’autre part l’occasion de déployer un système d’énigmes à base de ponts, de portes, d’interrupteurs et autres leviers, qui constituent une grosse partie de l’expérience CrossCode : une alternance de phases de jeu de rôle classique, de combats violents et d’énigmes parfois retorses pour avancer dans les nombreux donjons du jeu. Même si le level design oscille entre le remarquable et l’approximatif, CrossCode joue parfaitement sa partition pendant une quarantaine d’heures sans jamais rien lâcher.

zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé