Calendrier de l’Après – Carto, c’est carrément bien

En janvier, The Pixel Post fait son Calendrier de l’Après ! Chaque jour, retrouvez un jeu sorti en 2020 que nous avons adoré mais qui n’a pas tout à fait eu l’écho que nous espérions. Aujourd’hui, Kalkulmatriciel vous parle de Carto, un jeu cartographique dans lequel les vents de l’aventure gonflent les voiles du cœur.

Je suis bien moins friand des jeux indé que mes collègues de The Pixel Post qui en consomment en intraveineuse, mais lorsque j’ai vu passer le trailer de Carto, développé par Sunhead Games et édité par Humble Games, j’ai tout de suite été séduit par sa direction artistique et son gameplay. Le nombre de polygones ne faisant pas la qualité d’un jeu, Carto s’est paré de graphismes assez simples mais très beaux qui appuient son propos. Le jeu nous raconte les pérégrinations de Carto, une petite fille qui cherche à retrouver sa grand-mère après un accident de ballon dirigeable (ça arrive même aux meilleur.es), vivant des péripéties autour du monde seulement équipée de sa carte magique et de sa bonne bouille qui pousse les gens à lui faire confiance.

À chaque chapitre, Carto découvre une nouvelle zone dessinée à la main, de nouveaux personnages, et de nouveaux morceaux de carte perdus qui lui permettent de jouer avec la géographie des lieux. Ce gameplay simple qui se résume à retourner et à coller ensemble des pièces de puzzle pouvant s’imbriquer sera le seul de notre aventure, avec la balade toujours tranquille de notre protagoniste mais qui nous emmène étonnamment loin. C’est en discutant avec tout ce beau monde et en résolvant des énigmes que la petite fille parvient à résoudre ses problèmes ainsi que ceux des autres et à avancer pour retrouver son foyer qui paraît bien loin. C’est très bateau, c’est vrai, mais Carto (le jeu) sait où il va pour que la timide Carto (la petite fille) suive son voyage initiatique dans le désert, la forêt ou même sur la banquise et qu’elle puisse grandir en apprenant de ses erreurs. Grâce à une écriture, une DA et un sound design fichtrement bien fichus, chaque énigme se résout naturellement. Qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit, tous les problèmes que l’on nous propose ne sont pas simples à résoudre (spéciale dédicace à l’énigme du coffre-fort qui est vraiment un petit bijou, je trouve), mais les éléments sont si bien amenés et s’accordent si bien ensemble que c’est un plaisir de tous les instants de parcourir le monde pour arranger les tracas de chacun.

Carto
Voilà l’intégralité du gameplay, à part marcher.

J’ai passé deux après-midi à fouiller de fond en comble les différents niveaux, avec du thé et des petits gâteaux, pour ne louper aucun détail ni aucun personnage et ça m’a fait du bien. Il n’y a pas de grand méchant, pas de danger imminent, ni de timer stressant dans le titre de Sunhead Games, juste des gens attachants et des lieux qui font rêver (le chalet conteur, aux plans capricieux et aux livres qui écrivent l’histoire au fur et à mesure qu’on la vit, sera pour toujours dans mon cœur), et parfois c’est tout ce dont on a besoin. Le seul défaut que je saurais trouver à Carto est qu’il est trop court, j’en voulais encore plus une fois l’aventure terminée. Il fait vibrer en moi la corde sensible de l’aventure et, plus généralement, tout ce que je cherche dans une œuvre — un univers cohérent et positif, un.e protagoniste attachant.e, un sens de la narration naturel, et un petit quelque chose qui me fait rêver — pour ne jamais vouloir la quitter. Je vais donc rester à l’affût en 2021 pour ne pas passer à côté d’une pépite indé qui saurait me faire vivre une expérience similaire.

Je recommande ce jeu à la pelle dès que je peux le placer, à celles et ceux qui ont l’habitude des jeux vidéo et à celles et ceux qui ne sont que des joueur.ses très occasionnel.les, car je pense qu’il est la porte d’entrée parfaite pour des néophytes ou les enfants. C’est donc tout naturellement que je le recommande à vous qui lisez ces lignes, si vous avez besoin d’un moment de calme après la frénésie des fêtes de fin d’année ou le démarrage en trombe de la nouvelle.

Kalkulmatriciel
Kalkulmatriciel

Cc c Kalkul. J'adore parler à tous les PNJ, mettre des mandales et saboter les coop.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.