Hot Wheels Unleashed – Plastique hurlant

Avec le temps, je suis devenu le spécialiste des jeux de voitures sur le site. Malheureusement, je pense avoir un talent limité pour le choix des jeux à critiquer dans le domaine au regard des précédents. Le Gran Turismo de la seule console de salon de Sony qui n’a pas eu droit à un épisode numéroté, une copie de Mario Kart avec Sonic et ses amis, un jeu qui ne sait pas choisir entre arcade et simulation, et enfin des courses de rallye avec quelques mensonges sur le contenu. Cette fois, on change encore de style, avec des petites voitures et des pistes en plastique sur Hot Wheels Unleashed. Alors : revival de la grande époque des Micro Machines ou nouvelle arnaque à base de gacha et sans profondeur de gameplay ? Non, vraiment, faut que j’apprenne à choisir mieux…

Commençons par parler de Hot Wheels : marque légendaire du jouet moulé sous pression en forme de véhicule roulant, créée par Mattel en 1968, elle a permis à des générations d’enfants de fantasmer sur des grosses cylindrées polluantes dès leur plus jeune âge. Plus de 100 000 modèles ou variations créés en plus de 50 ans et des nouveaux bolides chaque année pour les joyeux collectionneurs de petites voitures moulées sous pression qui roulent sur des pistes en plastique orange ou bleu. Mais Hot Wheels, c’est aussi des films d’animation au nombre de cinq et bientôt peut-être un film live action, des partenariats avec d’autres grands noms de la pop culture comme Fast & Furious, le NASCAR ou un flipper fabriqué par American Pinball. Et côté jeux vidéo, c’est une présence sur un grand nombre de plateformes, que ce soit pour des jeux qui portent directement le nom de la marque depuis 1984 sur Commodore, ou pour des apparitions dans d’autres jeux de voiture comme Forza Horizon 4 par exemple.

Ma voiture Hotwheels Fast & Furious Netflix Mattel
Netflix, Fast & Furious, Hot Wheels, Mattel, tant de marques pour une si petite voiture.

Si le dernier opus en date sur les consoles de salon, datant de 2013, avait été développé par les équipes de Warner Bros. Interactive, cette fois les petites voitures ont été confiées à Milestone, connu pour avoir sorti des jeux de moto sur piste avec Moto GP ou sur terre avec MXGP, mais également des jeux de voiture sur piste et terre avec la série WRC notamment. On a donc ici un spécialiste des véhicules qui roulent vite et qui tournent en rond, associé à une marque de renom dans les jouets moulés sous pression, qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Libéré, délivré

Ou plutôt déchainé, comme le titre voudrait nous le faire croire. Car oui, les jouets moulés sous pression sont donc unleashed cette fois-ci, et ça c’est important d’être unleashed. Ça permet à des franchises de sortir un épisode qui se veut sauvage, une sorte de prise de risque qui se finit souvent en accident au premier virage. On pensera notamment à Sonic et son épisode à base de hérisson-garou ou encore à Destroy All Humans! Big Willy Unleashed qui partage avec le hérisson une sortie sur la Wii. Mais en quoi notre jeu du jour mérite-t-il ce déchainement ? Aucune idée, c’est un jeu de voitures avec un système de boost et de dérapage et pas grand-chose de plus à proposer, pas franchement sauvage a priori. Ce n’est pas non plus côté décors que vous trouverez de grands espaces à parcourir, puisque vous aurez accès à non pas 10 ou 20 environnements différents, mais bien 5. Tous ces paysages d’intérieur de maison dont on ne verra pas grand-chose au final, puisque la piste en plastique occupe tout l’écran et que les courses, assez rapides, n’invitent pas à la contemplation des paysages, puisqu’il n’y en a pas vraiment.

Ma Hotwheels sur une piste
Piste en plastique sur la majorité de l’écran (oui je suis 1er).

Vous pourrez d’ailleurs parcourir toutes ces pistes qui se ressemblent dans une centaine d’épreuves du mode histoire, sans histoire, avec divers types de courses : du contre la montre, des épreuves avec des adversaires sur les mêmes pistes et des épreuves de boss. Ces dernières sont bien étranges, puisqu’il n’y a pas de boss, mais juste une course face à des adversaires comme dans les autres épreuves. On pourra également décorer un appartement virtuel, avec des meubles et accessoires de notre choix en laissant parler notre Valérie Damidot intérieure, ou encore se transformer en architecte de piste, avec un mode de création de circuit qui semble assez complet mais qui est une fonction qui ne m’intéresse pas. Je ne sais pas plus construire un circuit que choisir un jeu visiblement. Tout ça reste bien peu déchainé mais le mode concerné approche…

Le gâchis du gacha

Revenons sur le mode histoire ou le mode solo dans son ensemble. Pour gérer la difficulté, il existe deux solutions dans ce Hot Wheels Unleashed : régler le niveau de difficulté pour les plus classiques, ou changer de voiture puisque les autres concurrents auront toujours le même comportement en fonction du niveau de difficulté défini, ce qui a pour conséquences une centaine d’épreuves complètement répétitives, puisque les adversaires ne changent que si vous le souhaitez. Une fois la voiture qui vous convient débloquée, vous n’aurez plus de problèmes pour rouler sur le jeu (c’est drôle parce que c’est un jeu de voiture, alors si on roule… passons). Et c’est là que le jeu s’est déchainé : le système d’obtention des voitures est une loterie, au sens propre. Vous allez obtenir (peu) de monnaie virtuelle au fil des épreuves pour acheter des boites surprises.

Boite gacha Hotwheels Unleashed
Voilà la boite en question.

Chacune de ces boites contient une voiture totalement aléatoire et aucun taux de réussite n’est donné pour savoir si une rare, légendaire ou autre pourrait arriver. Par contre, vous pouvez acheter un certain nombre de voitures célèbres directement en DLC si vous repassez à la caisse. Pratique devenue classique avec le temps, mais qui passe moins bien quand tu n’as aucune idée des véhicules intégrés de base dans le jeu (qui sont plus de 60). La présence d’une deuxième monnaie interne au jeu pour les améliorations freine encore plus la possibilité d’achat de nouveaux véhicules, que vous aurez rapidement en double ou en triple pour les plus communs, ce qui est d’autant plus frustrant. Il ne manquerait plus qu’une possibilité d’achat de monnaie contre des euros pour que le système soit directement calqué sur un jeu gratuit pour mobile.

Hot Wheels Unleashed a été testé sur Switch via une clé fournie par l’éditeur.

Espérer retrouver le fun d’un Micro Machines pour finir avec un gacha qui se cache à peine est une grosse déception. Le système de jeu assez pauvre, tant dans ses modes peu nombreux que dans sa conduite sans surprise ni folie, ne vient pas relancer un intérêt pour les jouets moulés sous pression de mon côté. Ce Hot Wheels Unleashed pourrait plaire aux collectionneurs de ces produits s’il permettait de choisir quelles voitures pouvaient être achetées avec le peu d’argent obtenu en course. Mais avec ses boites surprises, il entretient bien plus la frustration que l’attention sur un titre qui ne sera toujours pas pour moi l’occasion de tester un bon jeu de voitures en ces pages.

Le Bon

Des jouets moulés sous pression fidèles

Les pistes iconiques Hot Wheels

Un gameplay simple à prendre en main

Le Pas Bon

Un contenu très pauvre

Peu de profondeur de gameplay

Le système de gacha insupportable

JoK

J'aime les chiffres, tous les chiffres, et aussi les jeux vidéo mais pas tous

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.