Gamescom 2018 – Total War : Three Kingdoms promet de belles choses

C’est dans une petite salle du stand business de SEGA à la Gamescom que je suis allé jouer à Total War : Three Kingdoms, le nouvel opus historique de la série de The Creative Assembly.

Avant de lancer le jeu, les personnes présentes nous font un petit topo des nouveautés apportées dans cet épisode se déroulant pour la première fois en Chine. Quelques minutes plus tard, nous sommes autorisés à lancer la démo.

Petite désillusion, nous allons jouer la mission scénarisée « The Ambush of Sun Ren », la même que le studio a diffusée en intégralité et commentée quelques jours avant le début du salon. Mais bon, ne crachons pas dans la soupe, nous avons quand même l’occasion de tester un peu le gameplay.

Fuir c’est pour les lâches

Nous contrôlons une armée dirigée par le frère et la sœur Sun, deux héros que nous contrôlons individuellement en plus de nos troupes. Ceux-ci se font prendre en embuscade par une armée ennemie en pleine nuit. On nous annonce qu’il est alors possible soit de combattre l’armée adverse ou d’essayer de fuir la map en atteignant un point d’objectif en bordure. C’est le nouveau système du « fight or flight » mais peut-être pas si bien mis en évidence ici puisque : 1) des renforts ennemis se situent près du point de fuite, forçant à combattre et 2) qui veut abandonner un combat dans Total War franchement !!! Voilà on est d’accords, il faut être bourrin dans ces jeux !

Je positionne alors mes troupes comme il se doit. Mes cavaliers iront se placer de façon à prendre les ennemis à revers tandis que ceux-ci se retrouveront sous le feu nourri de mes archers restés un peu en retrait. Et grossière erreur de la part de mes ennemis que de se cacher dans une forêt ! Nous sommes introduits ici à l’utilisation du terrain pour espérer remporter l’avantage. Eux sont plus nombreux, mais moi j’ai des flèches enflammées. Flammes plus bois cela fait quoi ? Eh oui, en quelques secondes le petit bosquet se consume, forçant l’ennemi à trop s’approcher de moi. Mes épéistes et mes piquiers font le travail tandis que mes cavaliers approchent tranquillement par derrière pour mieux leur rentrer dedans. Je me débarrasse rapidement de cette première armée. Je me dirige alors vers la rivière et aperçois une seconde armée, plus grosse, tenter de se mettre en position pour m’empêcher de traverser. Je ne fais pas attention et traverse tout de même. Erreur de ma part puisque l’eau ralentit fortement mes hommes. Je subis de lourdes pertes mais mes cavaliers, que j’avais laissés sur un côté, peuvent venir en renfort et affaiblir les ennemis. Je jongle tant bien que mal entre mes unités et mes deux héros, tentant de comprendre leurs capacités, d’autant que l’armée adverse dispose aussi de ses héros. J’essaie de les affaiblir un maximum.

Total War ambush

Victoire facile

D’un coup, l’un de ces généraux adverses défie en duel le frère Sun. Une petite icône s’affiche me demandant si j’accepte ou non le défi. Je dis oui et approche la caméra du terrain pour observer ce qui se passe alors. Les deux hommes, sur leur cheval, se font face et chargent en même temps. Mon héros se fait désarçonner. Je stresse un peu. Mais son adversaire descend alors de cheval pour entamer un combat à l’épée, probablement trop sûr de lui. Après quelques passes, mon héros l’emporte, achevant l’autre. Je suis soulagé, mes unités aussi. Par contre, ceux d’en face font moins les malins. Car pendant ce temps, mes hommes ont réussi à se repositionner correctement et ont fait un bon travail, réduisant drastiquement le nombre d’attaquants. C’est la débandade dans leurs rangs. Je clame la victoire et la démo se termine.

Si la bataille est restée assez simple (c’est tout de même un petit tuto), je dois avouer que je n’ai pas tout compris, notamment les systèmes de héros et ce qui pouvait leur donner l’avantage lors des duels. Malheureusement, l’horaire avancé qui m’obligeait à me rendre à un autre rendez-vous, a fait que je n’ai pas pu en savoir davantage.

En tout cas, j’ai apprécié cette petite démo. Le gameplay ne change pas drastiquement et reste un gameplay Total War, ce qui n’est pas plus mal. L’ajout des héros apporte cependant une petite touche de micro management aux combats, obligeant le joueur à être un peu plus attentif à ce qu’il se passe. La map était jolie avec ses lanternes qui virevoltaient un peu partout et son clair de lune et l’utilisation que l’on peut faire du terrain est assez intelligente et très utile. Cela change du sempiternel « T’es un peu plus en hauteur que ceux d’en face donc tu as l’avantage ».
Nous n’avons pas pu voir la map ou d’autres mécaniques, comme l’espionnage qui a l’air très intéressant, mais l’aperçu que j’ai eu me donne de bons espoirs pour la sortie de Total War Three Kingdoms l’année prochaine.

Benjamin
Benjamin "Noodles"

Faire des jeux de mots c’est mon dada. J'aime bien tous les jeux aussi. Sauf les mauvais ou ceux qui nous prennent pour des glands.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.