Gamescom 2018 – Retour enchanteur pour Ori and the Will of the Wisps

En marge du stand Xbox, la zone Ori : Will of the Wisps était au mieux intrigante. Espace feutré garni d’une lumière tamisée, avec une machine à fumée et des lianes au plafond, l’excitation allait bon train dans la file d’attente. Et pour cause : j’avais absolument adoré le premier opus. J’y avais trouvé un platformer intelligent, à la fois exigeant et plein d’émotion, avec des décors extrêmement soignés. Est-ce que le nouvel opus a réussi à me convaincre de revenir jouer avec cette mignonne petite boule de lumière ? A-BSO-LU-MENT.

Vous reprendrez bien un petit coup de charme

Ori a bien changé depuis la dernière fois qu’on l’a croisé. Plutôt que de sauter avec fougue sur les ennemis, il s’agit maintenant d’utiliser un véritable petit arsenal : épée, arc, sorte de masse et autres joyeusetés, l’ami Ori est prêt pour aller casser des bouches.

Et ce n’est pas tout car il revient aussi avec d’autres capacités moins guerrières mais tout aussi plaisantes. Le petit animal sait maintenant « nager » dans le sable, ce qui va lui permettre d’atteindre de nouvelles zones et de diversifier un peu le gameplay.

Pour la démo j’ai pu m’aventurer dans une zone aride et je dois dire que j’y ai retrouvé le charme de Ori : même dans ses zones les moins accueillantes on y retrouve une certaine poésie. Et toujours ce level design ouvert, truffé de secrets et de passages cachés, qui fait que cela donne un coté très vivant à ce metroidvania en 2D.

Et alors que le monde paraissait un peu plus désolé et que notre pauvre Ori était bien seul dans le premier opus, on a pu apercevoir dans cette démo plusieurs PNJ sympathiques, donnant de petites quêtes à notre ami lumineux.

Clairement, j’ai été ravi de retrouver Ori et son univers enchanteur, et je suis obligé de vous apprendre que si vous n’êtes pas touchés par son charme et que vous ne le prenez pas au jour de sa sortie, vous êtes certainement une mauvaise personne.

Chibi

Je me suis perdu dans le trou béant et sombre de l’internet, puis j’ai vu de la lumière et je suis rentré. Et maintenant je suis là, et je vous parle. La technologie est formidable, n’est-ce pas ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.