Wrath of the Lich King Classic sortira le 27 septembre

Wrath of the Lich King Classic était attendu pour la fin de l’été ou courant septembre et étonnement, Blizzard est dans les délais. Cette version « Classic » d’une extension culte de World of Warcraft offre comme à l’époque des ajouts bien sympathiques.

Seconde extension de World of Warcraft (WoW), sortie en novembre 2008 à l’époque, la revoici, près de 14 ans plus tard, disponible dans le fameux format « Classic ». Dès le 27 septembre à minuit (heure de Paris), joueurs et joueuses nostalgiques pourront prendre les voiles direction le continent glacé de Norfendre. Pour accéder à ce contenu, cela reste les mêmes conditions que pour Burning Crusade Classic (la première extension) : un abonnement à WoW suffit. À noter que celles et ceux qui jouent déjà sur Burning Crusade Classic peuvent bénéficier d’un bonus d’expérience « Joyous Jouneys » qui augmente de 50% les gains d’expérience jusqu’à la sortie officielle de Wrath of the Lich King Classic (WotLK Classic). Bonus qui reste désactivable en discutant avec l’aubergiste d’une des capitales.

Qu’est-ce que l’on retrouve de nouveau dans tout cela ? Déjà la possibilité de créer un personnage de la classe chevalier de la mort, qui commence alors au niveau 55. Pour cela, il faut au préalable posséder un personnage de niveau 55 sur le même serveur. Blizzard a toutefois profité de WotLK Classic pour lever cette condition lors de la création du premier personnage chevalier de la mort.

arthas norfendre classic
Charisme : oui.

Ensuite, c’est l’arrivée dans WoW Classic des hauts-faits. Ces succès à obtenir permettaient à l’époque d’occuper les joueurs et joueuses entre les sorties de grosses mises à jour ou lors des longues périodes d’ennui de fin d’extension. Pas convaincu que ça aura le même effet aujourd’hui dans la version WotLK Classic mais de mémoire, il y avait quelques récompenses sympas pour certains hauts-faits.

Enfin, le métier de calligraphe est disponible, autorisant celui ou celle qui le pratique à créer des objets (bijoux ou objets de main gauche) ou à créer des glyphes qui améliorent des sorts (en réduisant le temps de recharge, en augmentant le pourcentage de critique ou les dégâts, etc). C’est un métier qui fonctionne en synergie avec l’herboristerie puisqu’il faut des plantes pour créer les encres qui servent à la confection des glyphes. Un ramassage de plantes qui, si je me souviens bien, était particulièrement chronophage pour progresser en calligraphie.

Pour rappel quand même, Wrath of the Lich King se déroule après les événements de Burning Crusade et il en est évidemment de même pour les versions « Classic ». Illidan a été défait (du moins oui et non, merci l’extension Légion) mais surtout l’arrivée de Kil’jaeden a été stoppée au Plateau du Puits de Soleil. Deux ans plus tard, le Roi-Liche, Arthas Menethil, se réveille et prépare son règne total sur Azeroth grâce à son armée de morts-vivants et autres créatures morbides. L’aventure de cette extension nous fait prendre le bateau pour Norfendre, débarquer sur ce continent majoritairement glacé, progresser dans différentes zones, avec pour objectif final d’atteindre la citadelle de la Couronne de glace et y battre Arthas. Sans oublier quelques détours pas toujours très pertinents (pressé de voir les réactions lors de la future mise à jour du Tournoi d’Argent).

Veltar

Joueur de jeux vidéo qui aime la politique. Du coup j'écris surtout des trucs qui parlent des deux. Côté jeux : Stratégie, Metal Gear Solid et indés en pixel art. Consommateur régulier de séries TV et de films.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.