|Gamescom 2017] On a passé 90 minutes chez EA

[Gamescom 2017] On a passé 90 minutes chez EA

Invités sur le stand EA, on ne savait pas vraiment quoi aller voir. Les jeux de sports méritaient à mon sens un coup d’oeil mais pas sur des sessions aussi courtes. Ainsi, Madden, Fifa et autres sont passés à la trappe et nous nous sommes concentrés sur Need For Speed Payback et Battlefront II, dans son mode dogfight.

 

Need for Speed : Payback

J’ai été assez surpris par la beauté du jeu, qui tourne très bien et envoie des reflets et autres lumières très propres. Côté jeu, on a rejoué la même séquence que celle présentée à l’E3 avec une poursuite en plusieurs phases d’un camion. On enchaîne les takedowns, ce qui occasionne des ralentis qui sont drôles au début, et qui deviennent très vite lassants, surtout quand la caméra n’arrive pas à suivre. De plus, on sent que le takedown vient d’une jauge qui se remplit, car il suffit d’être au contact quelques secondes pour faire valdinguer la voiture ennemie.

Pour le reste, la séquence est plutôt agréable et la conduite, évidemment très arcade, passe toute seule, le tout avec une réelle sensation de vitesse. Après avoir opéré un rapprochement avec le-dit camion, la seconde phase commence alors que celui-ci change régulièrement de trajectoires tout en lâchant des tonneaux. C’est classique pour la franchise d’EA mais ça marche. On ressort avec un sentiment assez classique du « ah ouais, pourquoi pas, en occasion ».

Star Wars Battlefront II

Pas vraiment attendu, Star Wars Battlfront 2 divise. Essentiellement à cause de son premier opus, fidèle, beau, mais qui manquait cruellement de contenu et d’intérêt sur le long terme. Ici, on reprend Battlefield, et on y applique un skin Star Wars et hop ! Nous avons pu essayé le mode de combats spatiaux, bien présents dans cet opus sans avoir besoin d’attendre un DLC. Étrangement, ça fonctionne bien, et la multitude d’objectifs possibles ainsi que les croiseur qui se promènent donnent un vrai dynamisme. On peut même essayer de semer ses adversaires en passants dans les vaisseaux ou même les conduits de l’étoile de la mort. Bon, j’ai été relativement mauvais sur le stand EA dédié au jeu, arrivant au milieu d’une bataille bien avancée.

Le temps de comprendre : 5 morts quasi instantanées. Au bout de dix minutes on prend le plis et on commence à s’amuser : on tire, on esquive, on attaque les objectifs. C’est pas mal. Mais il ressort une étrange impression de cette partie, et globalement du jeu. On a en réalité le Battlefront qu’on aurait voulu avoir il y a deux ans. Et l’ensemble semble tout de même un peu foutraque avec une prise en main pas vraiment instinctive. C’est pas mal, c’est même plutôt sympa à jouer, mais on s’en fiche un peu, comme si la chance était passée.

Mallory Delicourt
Mallory Delicourt

Rebut de l'Education Nationale, il étudie désormais la géographie de la Temeria, la mécanique de Mario Kart et les méthodes d'infiltration des agents augmentés.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.