Hollow, le mystérieux survival horror qui débarque sur Switch

Hollow, le mystérieux survival horror qui débarque sur Switch : le récap de l’actu du 15 février

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : l’énigmatique Hollow sort sur Switch et Nintendo impressionne quand même un peu avec ses cartons.

Hollow sur PC je sais pas, MAIS SUR SWITCH© ça semble déjà mieux

Voilà un cas plutôt étrange que je rapporte aujourd’hui. Pour ceux qui ne le sauraient pas (et vous ne le savez pas, justement) un FPS / Survival Horror est sorti sur Steam le 17 novembre de l’année passée. Oui un survival horror, et pas n’importe lequel. Il s’agit d’un de ceux qui se situent très exactement entre Dead Space et Alien Isolation, où vous allez incarner un personnage que vous ne connaissez pas, qui ne se connaît déjà pas lui-même mais qui, malgré tout, est investit d’une mission qui l’emmènera à chaque recoin d’un « vaisseau – station – whatever » perdu dans l’espace et abandonné à de vilains monstres. Et je vous dis cela tout en étant épris d’amour pour ces jeux, bien entendu.

Seulement, je n’ai pas eu l’occasion de m’essayer à Hollow, et pour ainsi dire, cela semble aussi être le cas de beaucoup d’autres personnes. Pourquoi ? Parce qu’Hollow est sorti dans l’anonymat le plus total. Mais si vous avez d’ores et déjà percé l’existence du jeu (champion !), vous êtes sans nul doute allés faire un tour sur ses quelques rares retours critiques. Et autant dire qu’il y a de quoi s’interroger. En un temps record, on passe d’un jeu à la direction artistique qui semble soignée, à la bande annonce plutôt intriguante et à des screens prometteurs… à bon nombre de joueurs qui n’ont pas daigné dépasser la première heure du jeu, déjà nostalgique des 20€ fraîchement dépensés. En effet, il semblerait que les contrôles clavier / souris sont complètement aux fraises et que l’aventure est buguée jusqu’à la moëlle. Aïe.

Alors on passe son chemin ? Oui et non, parce que trois mois se sont écoulés avec des correctifs sous le coude, et surtout parce qu’une version Switch vient d’être dévoilé avec un trailer d’annonce sorti de nulle part (ci-dessus). Contre toute attente, Hollow va donc remettre ça à compter du 22 février prochain (oui dès la semaine prochaine ! c’est fou). Officiellement, le jeu sera le second survival horror de la Switch après Layers of Fear un jour plus tôt (tout est affaire de première fois sur Switch). Et qui sait, peut-être aurons-nous un Hollow dans une version de bonne facture ? Le doute est permis, puisqu’il y a de cela quelques jours la qualité de cette version Switch a été concluante sur le banc d’essai Nintendo (celui-ci réputé tout aussi exigeant que celui de Sony pour accéder au marché de la plateforme).

Malgré tout, comme nous ne sommes jamais trop prudents, mieux vaut attendre quelques retours supplémentaires sur cette version (qui sera à n’en point douter plus populaire que sa grande soeur sur PC). Mais on est quand même à deux doigts d’avoir un Dead Space en vue subjective dans le creux de nos mains… ce qui serait franchement appréciable, non ?

Ailleurs dans l’actu

Aujourd’hui, Nintendo a jugé bon (et il y a de quoi) de revenir sur le concept de Nintendo Labo, projet à la fois émerveillant et perturbant pour les petits comme pour les grands (parce qu’on trouve ça fou et en même temps on n’est pas sûr de tout comprendre).

Ce sont donc pas moins de trois vidéos d’explications qui viennent étayer le contenu des premiers kits (qui sortiront le 27 avril) ainsi que les possibilités offertes par cette « nouvelle façon de jouer ». Alors si certaines d’entre elles sont toujours aussi gênantes (comme le commentateur de ces vidéos, par ailleurs), d’autres quant à elles force le respect : mention spéciale à la composition musicale et au détecteur infrarouge, celui-ci permettant de scanner une forme physique et de la reproduire sur un environnement virtuel… le tout forcément en temps réel. Vraiment surprenant.

Yohan Belhadj
Yohan Belhadj

Sensible à l'image et aux divers procédés de narration. Je suis peut-être plus vidéo que jeu, mais je ne boude pas pour autant mon plaisir à tenir une manette dans les mains.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.